Maternity

Et soudain, la peur…

13 septembre 2016

Je ne sais pas exactement où j’en serai quand vous lirez ces mots mais une chose est sûre, plus la date fatidique de l’accouchement approche et plus je ressens un poids, une angoisse… « Et si je n’étais pas à la hauteur ?« , « Et si nous mettions le doigt dans une vie trop éprouvante ?« , « Et si c’était nos derniers instants de bonheur à deux ?« , etc. Le doute s’installe petit à petit et, comme à chaque fois qu’une échéance importante approche, je me demande si nous avons fait le bon choix. Bien-sûr, il est trop tard pour reculer mais cette certitude ne m’empêche pas d’éprouver une énorme appréhension.

Je pense que la fin de grossesse est difficile à vivre physiquement et moralement pour que, finalement, nous n’ayons plus qu’une envie : serrer notre petit bout dans nos bras. Moi, je vous le dis, il y a un complot de la Nature là-dessous ! Alors, j’essaie de m’accrocher à des choses futiles, concrètes comme la préparation de la valise de maternité pour éviter de penser. Mais, lorsque le soleil se couche et que l’heure de dormir approche, je n’ai envie que de distraction. Oui, à 29 ans, j’ai encore peur de la nuit et de ces effets négatifs sur moi…

Pourtant, j’ai hâte que ma crevette soit parmi nous et je m’en veux d’éprouver de tels sentiments. Comme un dédoublement de la personnalité : mon cœur et son envie irrépressible de sauter dans le grand bain se battent contre mon cerveau et sa fâcheuse tendance à tout intellectualiser. J’imagine que de nombreux parents passent par cette phase, surtout lorsque la rencontre est imminente. Ces émotions contradictoires sont très déstabilisantes et perturbantes. Finalement, encore une fois, je ne me laisse aucune chance et abandonne toute bienveillance à mon égard : je me sens déjà mauvaise mère alors que je suis sûre que cette appréhension est tout à fait légitime. Ah, le syndrome de la mère parfaite va m’en faire voir de toutes les couleurs, je le sens bien…

Une nouvelle angoisse a fait son apparition depuis deux mois : les autres… Leurs remarques, leurs conseils pas toujours judicieux voire contradictoires, leur intrusion dans notre sphère. Je ressens déjà le besoin de refermer notre bulle, de la rendre hermétique… Je vais avoir besoin de temps, seule, avec mon bébé pour faire sa connaissance, pour le comprendre, pour nous apprivoiser et alors qu’il est encore bien au chaud, je sens déjà ces rêves m’échapper. En devenant maman, je vais devoir faire une chose que je n’ai jamais faite : grandir et m’affirmer, apprendre à dire non pour notre bien-être à trois. Pourtant, mes copines m’avaient prévenue : « Tant qu’il est dans ton ventre, il n’est rien qu’à toi, après… c’est une autre histoire« . J’en prends peu à peu conscience… ou plutôt, je me suis pris ces mots en pleine poire vers le 8ème mois, je n’ai rien vu venir !

J’avais besoin de poser ces quelques mots ici, encore une fois pour déculpabiliser d’autres futures mamans et aussi pour soulager ma conscience, soyons honnêtes. Parce que, finalement, on se retrouve souvent seule face à ces questions et ces sentiments : si vous avez le malheur de les exprimer à haute voix, soit on vous prend pour une mère indigne, soit on vous sert le couplet « Mais c’est normal, allez pense à autre chose » LAWL.

J’ai peur mais je sens que ce sera une des plus belles aventures de ma vie… Pourquoi ça ne peut pas être simple, bordel !

Vous aimerez aussi

16 Commentaires

  • Répondre Margaux Lifestyle 13 septembre 2016 à 12 h 22 min

    Juste un petit mot pour te souhaiter bon courage !!!! Je suis sûre que tout se passera bien, après tout, tu es une nana qui déchire !! ;-)

    • Répondre Thifaine 13 septembre 2016 à 14 h 04 min

      Merci Margaux ! Je croise les doigts pour que tu aies raison <3

  • Répondre Cam 13 septembre 2016 à 20 h 06 min

    Tellement touchant… Et tellement rassurant de lire ce genre de témoignage, loin du sempiternel et agaçant « c’est que du bonheur », ça fait du bien !
    J’ai le même âge que toi, pas encore d’enfants, mais je sais déjà que ce genre d’angoisses m’assailleront quand je serai à ta place. Et je me retrouve aussi beaucoup quand plusieurs fois tu as évoqué cette nécessité « de grandir », moi qui porte encore en moi l’impression de n’être finalement qu’une enfant.
    Je t’envoie plein de courage et de belles ondes positives pour cette belle et grande aventure dont tu sortiras sans aucun doute championne ;)

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 16 min

      Pas facile de grandir hein ! Mais bon, je te rassure, il y a aussi de beaux moments comme découvrir le côté papa poule de ton chéri :) Merci pour tes jolis mots…

  • Répondre Petite Vivi 14 septembre 2016 à 15 h 48 min

    J’avais également toutes ces angoisses avant l’accouchement, mais elles ont disparu une fois ma fille dans les bras. Tout comme toi, j’avais peur du regard des autres, en tant que jeune maman, mais une fois vraiment maman, j’ai trouvé la force de m’affirmer et d’envoyer tout le monde boulet à la moindre remarque qui ne me plaisait pas. Je pense que tu trouveras cette force une fois que bébé sera à tes cotés.

    Bientôt la rencontre, profite de ces derniers instants avec bébé, mais même si après elle ne sera plus qu’à toi, tu seras toujours sa maman, et ça c’est le plus important ! Bisous !

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 15 min

      Pas facile de devenir maman, je trouve… Mais c’est dans ma nature de me poser un milliard de questions alors je n’allais pas y échapper pour cette belle et grande étape ! Bref… Merci en tout cas pour tes mots réconfortants. Bisous <3

  • Répondre Mia 14 septembre 2016 à 16 h 02 min

    Je pense que c’est sain d’avoir peur, de se poser des questions, ça veut un peu dire que tu te soucies du bien-être de ton enfant et que tu veux le meilleur pour lui (elle? je crois que c’est une fille mais je ne suis plus sûre). J’avais lu quelque part un parent qui disait que de toute façon, on peut avoir reçu tous les conseils du monde, la plupart du temps t’es en impro totale, et tu t’aperçois vite que ça se passe bien quand même :)
    Bonne rencontre en tout cas, ça promet d’être chouette ! (Et j’ai lu que ton terme était le 19, c’est mon anniversaire^^)

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 13 min

      Oui, c’est bien une petite fille :) Même si tout le monde me dit « C’est un garçon ? » en voyant mon ventre ! Je penserai à toi le 19 :) En espérant que je sois délivrée avant (mais j’y crois de moins en moins).

  • Répondre Malvina 14 septembre 2016 à 19 h 32 min

    Je pense fort a toi ma choupette ! Courage, je t’embrasse fort

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 11 min

      <3

  • Répondre Healthy Ljubi 16 septembre 2016 à 7 h 53 min

    Coucou,
    C’est drôle mais tu ne sais pas à quel point tes mots résonnent. Je ne suis pas enceinte, je viens d’avoir 30 ans mais j’ai arrêté la pilule il y a à peine 3 mois. A peine 3 mois et déjà j’hésitais à la reprendre, à me dire que c’est peut être une erreur, qu’après on ne pourra plus reculer, que notre couple est trop bien pourquoi changer, mais j’ai cette voix au fond de moi qui me hurle de le faire. J’ai des projets sportifs, et en même temps je ne vais pas suspendre ma vie « au cas où » je sois enceinte. J’ai peur que mon couple explose, peur de mon corps, peur de tout ça. Et tu sais quoi, je crois que justement la peur fait qu’on sera vigilantes. Ce que je crois aussi, c’est que tu dois être indulgente avec toi même. Oui bon, rappelle le moi quand je t’écrirai en détresse quand ce sera mon tour :/ . Et puis tu sais, des erreurs tu vas en faire. Et quelques fois tu ne seras pas juste, pas toujours cohérente parce que fatiguée ou énervée ou humaine. Mais je crois que c’est comme ça que tu peux préparer ton bébé au monde. Le monde est comme ça. Parfois ce n’est pas juste, parfois ce n’est pas parfait. Dis toi que quand tu dévieras, tu le préparera aux aspérités. Quand je discute autour de moi, plein de mères, de collègues ou mêmes quelques amies m’offrent un discours d’amour formidable. Et quand je lis les blogs, je vois bien que ce n’est pas tout rose. Tu auras internet aussi pour te rassurer, tu auras ces mamans, que tu dois sûrement déjà lire, pour te dire que oui c’est normal, et que tu y arriveras quand même. Tu es une battante Thifaine. Ca veut pas dire que c’est facile. Mais ça veut dire que tu feras tout pour y arriver, et c’est comme ça qu’on trace de jolies routes. Belle journée.

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 11 min

      Merci beaucoup pour tes jolis mots… Ils me font beaucoup de bien ! Si ça peut te rassurer (ou pas), j’ai moi aussi beaucoup douté pendant les essais. Jusqu’à la crise de panique le premier mois ! Et puis, c’est comme tout, il faut se laisser le temps. Merci encore, et je suis sincère… Belle journée à toi aussi.

  • Répondre Lucille 16 septembre 2016 à 14 h 06 min

    Bonjour thifaine,
    Je viens de lire votre article et je me retrouve totalement dans votre témoignage. Mon accouchement est maintenant imminent et il y a quelques jours, j’ai été envahie des mêmes doutes. Je savais au fond de moi que j’allais aimer ce bébé, et être une bonne mère. Mais je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il allait complètement bousculer nos vies, et que finalement je préférerais peut être qu’il reste dans mon ventre. La peur de l’inconnu ou peut être le poid de la responsabilité qui me frappait de plein fouet…
    J’ai beaucoup culpabilisé, j’ai eu le sentiment d’être une mauvaise future maman.
    Et puis j’ai eu un déclic. Je pense que le soutien de mon mari y est pour beaucoup. nous en avons parlé ensemble et nous avons profité au maximum de l’autre, comme pour nous rassurer que notre lien était très fort et serait présents même pendant la prochaine tempête que nous allons vivre!
    Aujourd’hui j’ai hâte de vivre mon accouchement et encore plus de rencontrer mon petit Loulou, bien niché dans mon ventre pour le moment.
    Peut être devons nous passer par ces étapes pour être prêtes et disponibles pour nos petits bébés.
    Bonne journée

    • Répondre Thifaine 16 septembre 2016 à 19 h 08 min

      Oui, c’est vrai que de confier ses doutes à sa moitié aide grandement. Ça m’a beaucoup soulagée aussi… J’ai tellement hâte que le jour J arrive ! Bonne fin de grossesse <3

    Laisser un petit mot