Mood

Quand healthy devient poison

15 mars 2016

La tendance healthy est en train de devenir pour de nombreuses personnes un véritable cauchemar. Il m’est moi-même arrivé de me donner quelques coups de fouet parce que je n’avais pas fait mes étirements une semaine ou que j’avais préféré le duo canapé-série à la séance fessiers. Pourtant, je pense qu’il ne faut pas oublier l’essentiel : se sentir bien, tout simplement. Même si cela passe par une bonne assiette de frites de temps en temps ! Parce qu’ingurgiter ses repas sans plaisir ou s’entraîner en traînant les pieds, ce n’est pas exactement ce que j’appellerai une vie saine. Tout ce que vous allez y gagner, c’est de la frustration.

Je sais que la mode healthy agace, ce que je peux sincèrement comprendre. D’ailleurs, je ne suis pas là pour vous inciter à changer votre mode de vie. Tout ce que j’ai envie de partager avec vous, ce sont les points positifs que j’ai observés depuis que j’ai adopté de nouvelles habitudes.

Bien-sûr, tout était plus simple avant : pas de séances de sport à organiser, pas de repas sains à préparer, pas de prise de tête sur le choix de tel ou tel aliment. Mais, au final… Est-ce que je me sentais bien ? Mmmhh, pas vraiment si je regarde mon historique de remboursements de la sécurité sociale.

Quand-healthy-devient-poison-2

Manger sainement, faire du sport régulièrement, soigner et calmer mon mental m’ont apporté tant de bénéfices. Oui, ma prise de conscience m’emmerde sérieusement parfois #pardon. Je me dis que je préférerais ne rien savoir et m’empiffrer de camembert mais, au fond de moi, est-ce que je le pense vraiment ? Bof, pas tant que ça. Acné, dépression, fatigue, maux de ventre, cellulite… Tout ça me semble si loin. Pourtant, dès que je fais un écart, je le paie assez chèrement et je me rends compte que mon ancien mode de vie n’est plus envisageable.

Moi aussi, j’aimerais être en super santé en ne mangeant que des frites, des chips et du chocolat, le tout arrosé de soda… Mais c’est impossible, soyons réalistes. Et c’est ici que le choix se fait : est-ce que je veux réellement changer pour me sentir mieux ou est-ce que j’accepte de vivre en fermant les yeux sur ce que je sais et mes petits tracas ?

Ce choix-là, personne ne pouvait le faire à ma place.

C’est donc toute seule, comme une grande, que j’ai décidé que j’étais allée trop loin et que je m’étais oubliée trop longtemps. Il était temps de changer, en mieux ! J’ai donc décidé de modifier mon alimentation, de me mettre progressivement au sport et d’apprendre petit à petit à me détendre.

Et puis, de temps en temps, j’ouvre Instagram et je culpabilise… Comme tout le monde. Parce que d’autres ont eu l’idée avant moi, parce qu’ils vont tellement loin dans leur démarche, parce qu’ils ont un corps de malade, parce que même le dimanche ils se lèvent tôt pour se bouger, parce qu’ils ont l’air d’avoir un mental de vainqueur, parce qu’ils paraissent surhumains… Et moi, je me sens mal de voir ça.

Alors, je vais vous dire ce que je fais : je referme Instagram, je m’autorise à me sentir jalouse quelques minutes : “Mais oui, bien-sûr, elle mange ça tous les jours, j’y crois !” puis STOP ! Je me remémore d’où je viens, ce que j’ai enduré, ce à quoi mon corps ressemblait. Je me souviens de ces soirées passées à pleurer, pour tout, pour rien. Et je me dis que pour rien au monde je ne reviendrai en arrière ! Mais j’accepte que ce soit un long processus. Le tout est de trouver un juste équilibre, pas toujours évident, entre vie saine et obsession. Un corps, nous n’avons qu’un, il est donc essentiel d’en prendre soin. Toute l’énergie que je dépense en salle de sport, tous les changements que j’observe sur mon corps, tout le stress qui s’envole… tout cela est rendu possible grâce à l’alimentation que j’ai adoptée et adaptée à mes nouveaux besoins. Et croyez-moi, le cercle vertueux est bien là : je n’ai plus trop envie de ruiner mes efforts sportifs en mangeant sale. Mais attention, il n’est nullement question de privation ! Ce qui m’importe, c’est la santé.

Au final, je trouve ça un peu dommage de rejeter cette tendance qui vous veut du bien sous prétexte que c’est “à la mode, donc c’est forcément nul”. Tant que ça reste maîtrisé, il n’y a pas de mal à se faire du bien. Mais, c’est sûr, ça peut avoir un côté culpabilisant qui génère un phénomène courant : critique facile mais remise en question difficile. A vous de faire la part des choses ! C’est aussi pour ça que j’expose sur les réseaux sociaux mes repas plaisir. Ma vie saine, c’est 80% sérieux, 20% fun. Tout est une question d’équilibre et j’espère que vous avez trouvé ou trouverez le vôtre !

Alors, arrêtons avec les mots et choisissons le meilleur pour nous !

Vous aimerez aussi

14 Commentaires

  • Répondre Jenny 15 mars 2016 à 14 h 48 min

    Très bel article ! Tu as bien résumé tout cela et je ne peux que rejoindre ton point de vue. J’en pense tout autant. :)
    Même si j’adore manger des frites, du chocolat et tous ces aliments malsains, je me rends compte que j’étais souvent mal à cause de cette malbouffe. Et maintenant que je mange de manière plus saine, je me sens moins ballonnée, moins lourde, moins fatiguée. J’ai plus d’énergie !

    Et comme tu le dis, tout est une question d’équilibre.
    Bisous !

    • Répondre Thifaine 16 mars 2016 à 13 h 31 min

      Contente de voir que petit à petit tu trouves le tien, d’équilibre :)

  • Répondre Romy 15 mars 2016 à 17 h 10 min

    Je suis totalement d’accord avec toi, même si j’ai encore du mal à prendre du recul avec toutes ces images. Je culpabilise encore quand ma séance n’a pas été assez  » intense « , que mon run n’a pas été assez rapide, ou que Myfitnesspal me dit j’ai mangé 50kcal de trop dans la journée.
    J’essaie de me désintoxiquer. Alors je comprend ton point de vu et c’est vrai que de se poser et de regarder le chemin parcouru et le corps que l’on avait avant permet de se rendre compte que non, on est peut être pas toute comme les bombasses d’Instagram MAIS on est pas moins courageuse, ni moins sérieuse ;) & surtout : on oublie pas le plaisir dans notre pratique comme dans la cuisine !
    Bonne journée à toi :) !

    • Répondre Thifaine 16 mars 2016 à 13 h 30 min

      Je vois que je ne suis pas la seule à « souffrir » de toutes ces images… J’adore Instagram mais parfois, au lieu d’y trouver de la motivation, je ne récolte que de la culpabilité, grrr.

  • Répondre Justine 15 mars 2016 à 18 h 47 min

    Tu as tout à fait raison et même si l’on se sent « bien » quand on mange les tablettes de chocolat (quand on le mange hein pas quand on les as ;) ) et bien je trouve qu’on sent moins les effets bénéfiques après, à l’inverse d’une assiette de légumes ou une corbeille de fruit. Et puis, il faut y réfléchir, si l’on mange les choses qu’on adore mais qui sont assez grasses (camembert par exemple) occasionnellement, et bien je pense que l’on va plus profiter ;) C’est vrai, si on a pris l’habitude d’en manger, on va le gober et pas le savourer.
    bonne soirée.

    • Répondre Thifaine 16 mars 2016 à 13 h 29 min

      Oui, parfaitement. A chacun de trouver son équilibre :)

  • Répondre annie 18 mars 2016 à 14 h 36 min

    Ce n’est pas le fait d’avoir une vie saine qui empoisonne la vie, mais les réseaux sociaux et les sentiments qu’ils peuvent provoquer malheureusement. C’est super de prendre soin de son corps. Il faut aussi prendre soin de son mental.
    D’un autre côté, on peut rire des réseaux sociaux, il y a une super illustration qui me fait bien rire et relativiser ;)
    http://www.tokyobanhbao.com/2015/03/29/ma-vie-est-tellement-parfaite/

    • Répondre Thifaine 20 mars 2016 à 16 h 47 min

      J’ai beaucoup aimé l’illustration :D

  • Répondre Céline 20 mars 2016 à 14 h 20 min

    On peut toujours trouver mieux, mais tu as raison, il faut se réjouir de nitre propre parcours, et savoir être indulgeant avec soi-même☺

    • Répondre Thifaine 20 mars 2016 à 16 h 46 min

      ;)

  • Répondre totorophelie 29 mars 2016 à 17 h 42 min

    C’est tellement vrai ! Ces publications sur instagram sont parfois tellement enthousiasmantes, motivantes (il paraît que le terme à la mode est « inspirantes »…. !)…Et parfois tellement déprimantes ! Vise un peu ce corps de rêve… Punaise mais quand est-ce qu’elle mange du chocolat celle-là ? Elle connait pas l’existence du goûter ou quoi… Et quand trouve-t-elle le temps de faire tout ce sport ??? Voilà les questions que l’on se pose parfois… Et il faut savoir prendre du recul pour relativiser… !

    • Répondre Thifaine 30 mars 2016 à 20 h 19 min

      Oui… et je trouve aussi qu’en fonction de notre quotidien, prendre du recul est plus ou moins facile. Disons qu’il y a des périodes « avec » et d’autres « sans ».

  • Répondre Gaëlle 30 mars 2016 à 14 h 04 min

    Hello Thifaine,

    Tout d’abord, toutes mes félicitations pour ta grossesse :-) Je suis ton blog depuis un petit moment et je trouve ta philosophie de vie très positive. Je t’ai toujours trouvé très dure envers toi-même, lorsque tu parlais de l’esthétisme de ton blog ou lorsque tu culpabilisais de ne pas toujours être à la hauteur de tes espérances. Alors que tout ce que tu fais force l’admiration. Vraiment. Du coup tu as bien raison de moins te mettre la pression, tout en faisant attention à ta santé.

    Côté grossesse, je peux te rapporter les conseils de ma sœur qui en est à 7 mois : l’haptonomie est selon elle la meilleure des pratiques pour mieux vivre sa relation avec le bébé et en profiter, au delà des petits ou gros désagréments de cette période. C’est aussi une façon de mieux intégrer le papa, qui pourra communiquer avec le bébé. Ça peut se faire à partir du 4ème mois apparemment, donc peut-être es-tu déjà au courant :-)

    • Répondre Thifaine 30 mars 2016 à 20 h 17 min

      Coucou Gaëlle ! Merci beaucoup pour tes mots qui réconfortent :) C’est vraiment très touchant… Je connais l’haptonomie (enfin… je sais ce que c’est mais je n’ai jamais pratiqué) et j’avoue que je suis vraiment tentée. Mais, pour ça, il faudrait que bébé se mette à bouger un peu plus :) J’ai hâte en tout cas. Merci pour le conseil !

    Laisser un petit mot